dimanche 19 février 2017

Hope - Loulou Robert

Lu en : V.F.
Résumé : Bianca vient de quitter la France en laissant derrière elle son mal de vivre. De New York, elle absorbe sans retenue l’énergie frénétique, se laisse entraîner par un tourbillon de rencontres, découvre l’univers du mannequinat, sa violence et sa solitude. Aux prises avec la complexité d’une ville aussi bouillonnante que ses émotions, Bianca doit apprivoiser ses fantômes et apprendre à slalomer parmi les vivants.
Dans cette fresque en perpétuel mouvement, on retrouve l’héroïne du premier roman de Loulou Robert, Bianca, paru en 2016. Avec son écriture sauvage et son sens inné de la narration, l’auteure poursuit ici son exploration du récit initiatique.

Je remercie les éditions Julliard pour cette lecture !







Chronique : Le premier roman de Loulou Robert -Bianca- avait été une très bonne lecture pour ma part et dès lors j'étais heureuse de lire la suite des aventures de cette héroïne : un deuxième volume aussi passionnant et passionné que le premier !

Les nouvelles péripéties de Bianca se déroulent à présent à New York, une ville fascinante, pleine de vie, bouillonnant d'activités et emmenant loin le mal de vivre de la jeune femme. C'est dans ce nouveau pays que notre héroïne va apprendre, murir, grandir plus encore, elle va ainsi tenter de tourner certaines pages de son existence pour essayer d'avancer, de prendre un nouveau départ.

Ce roman est dans l'héritage des romans initiatiques où le personnage principal se cherche, recherche, se perd et se retrouve. Un roman d'apprentissage touchant par son héroïne et émouvant par les pensées et réflexions que cela apporte au lecteur. J'aime vraiment l'univers de Loulou Robert car tout sonne juste, on ressent une sincérité intrinsèque dans le style et dans le fond.

A mes yeux la romancière dépeint des instants de vie avec beaucoup de talent, ce sont des chapitres courts, des phrases rythmées qui donnent du souffle à la narration. Hope se lit d'une seule traite et avec beaucoup de plaisir. Ce n'est pas une œuvre qui se veut ambitieuse mais qui se veut franche tel un message à destination des lecteurs, comme un passage de témoin ou un dialogue entre l'auteure et le spectateur de la vie de Bianca.

En définitive, un deuxième roman qui confirme le talent de Loulou Robert !


Il faut se méfier des hommes nus - Anne Akrich

Lu en : V.F.
Résumé : « Si Dieu ne s'était pas mis en tête de planter ce foutu jardin en Éden, on n'en serait pas là. Si, au milieu de ce jardin, Il n'avait pas fait pousser l'arbre de la connaissance, la femme n'aurait pas croqué dans le fruit et ne l'aurait pas tendu à l'homme. Tout le monde serait resté nu. On aurait continué à cultiver sagement la terre et à dompter les fleuves. Si l'homme-poussière et la femme-côtelette n'avaient pas entrepris de se venger en lançant la rumeur de l'Éden, leurs descendants n'auraient pas eu cette idée fixe : retrouver le jardin ! Ils n'auraient pas construit de beaux bateaux pour partir à sa recherche. Ils n'auraient donc jamais trouvé Tahiti, ni ne l'auraient baptisée ainsi : Paradis perdu. S'il n'avait pas été perdu, personne n'aurait songé à le retrouver. Pas même Marlon Brando. » À mi-chemin entre la biographie tragi-comique d'un monstre sacré du cinéma et le thriller introspectif, ce roman jubilatoire dynamite en un seul récit deux mythes toujours enracinés : le glamour hollywoodien et le paradis terrestre.



Je remercie les éditions Julliard pour cette lecture !


Chronique : J'avais lu Un mot sur Irène d'Anne Akrich et malheureusement je ne l'avais pas aimé. J'ai donc décidé de retenter l'expérience avec son nouveau roman et décidemment je n'arrive pas à rentrer dans son univers...

Pourtant l'histoire avait de quoi me plaire puisqu'il s'agissait d'un roman sur le grand Marlon Brando et que j'étais intéressée par cette figure culture du cinéma. Néanmoins je n'ai pas réussi à apprécier cette lecture et ce pour plusieurs raisons. Pour commencer, j'ai trouvé que Marlon Brando était presque un prétexte, cela aurait pu tout aussi bien s'agir d'un autre acteur, le personnage réellement central est Cheyenne, une jeune femme chargée de l'écriture d'un scénario centré sur les studios hollywoodiens. L'aspect biographique est donc au second plan de l'intrigue.

Ensuite, je n'ai pas accroché à l'écriture. Je ne suis par partisante forcément des belles et longues phrases, mais j'ai trouvé le style très épuré, direct et cela manquait de "panache" face au sujet principal de l'histoire. J'avais envie de savourer les mots et si la simplicité a parfois du bon, ici je ne trouvais pas que cela soit utilisé à bon escient. 

Après je pense que je m'attendais plutôt à une lecture émouvante, voire une critique sur Hollywood alors qu'il s'agit plus d'une satire. Un roman détente si on souhaite sourire de temps en temps et apprendre le fonctionnement de l'élaboration scénaristique par exemple. Cependant je ne me suis pas attachée aux protagonistes, ni à l'écriture dès lors je n'ai pas pu apprécier cette lecture à sa juste valeur. 

En définitive, je suis encore une fois passée à côté de l'histoire écrite par Anne Akrich, c'est un ressenti purement personnel et je suis sûre que ce livre plaira à de nombreux lecteurs. Pour ma part ce n'était pas un livre pour moi...


samedi 18 février 2017

Ma Mémoire est un couteau - Laurie Halse Anderson



Lu en : V.F.
Traduction : Marie de Prémonville
Résumé :

Cela fait cinq ans que Hayley Kincain vit en nomade, ne pouvant poser nulle part son bagage très longtemps, parce que son père, Andy, fuit les démons qui l’assaillent depuis qu'il est revenu de la guerre d’Irak. Les voilà de retour dans la ville natale de ce père torturé, qui souhaite tout de même que sa fille puisse reprendre une vie scolaire normale. Et voici que s’offre à Hayley les plus intoxicants des espoirs : vivre comme les autres adolescents de son âge, mettre enfin derrière elle ses propres souvenirs douloureux et, pourquoi pas, laisser une chance à son histoire avec Finn, le garçon canon qui lui tourne autour et semble partager avec elle le fardeau des secrets de famille. Ce fragile équilibre va reposer sur la capacité du père à guérir de son syndrome post-traumatique. Mais les monstres tapis dans la mémoire d’Andy sont assez puissants pour l’entraîner en enfer au moindre faux pas. Entraînera-t-il sa fille dans sa chute ? Quelle place doit-elle tenir dans ce combat ? Ma mémoire est un couteau est le roman le plus captivant de Laurie Halse Anderson, un suspense psychologique haletant se dégage de ce livre gorgé d’humanité, qui a connu un énorme succès aux États-Unis.




Je remercie La Belle Colère pour cette lecture !



Chronique : Je vous présente le meilleur roman publié à ce jour par La Belle Colère, un diamant brut au milieu des rubis littéraires déjà lus dans ce label éditorial, un des meilleurs livresque j'ai pu lire dans ma vie de lectrice !

Ma Mémoire est un couteau est un livre puissant, émouvant, sincère à l'image de son titre. Laurie Halse Anderson est l'auteure incontournable de La Belle Colère, une romancière à lire absolument pour ceux qui sont amoureux de la littérature jeune adulte : elle avait su m'émouvoir avec Vous parler de ça, me surprendre avec Je suis une fille de l'hiver, avec ce nouveau roman j'ai été bouleversée, touchée, secouée. 

Hayley, le personnage central, est sûrement une de mes héroïnes littéraires préférées : sans jamais tomber dans le pathos du fait d'un regard acéré sur la société et d'un humour sarcastique très efficace, elle nous raconte son histoire, son quotidien aux côtés d'un père traumatisé par les guerres d'Irak et d'Afghanistan. Un père complètement détruit, désabusé, perdu et même parfois violent...  Après plusieurs années sur la route avec son paternel, la jeune adolescente va retrouver une vie "normale" en ville et au lycée. Elle va ainsi devoir traduire, comprendre, appréhender les codes de la vie tout en s'occupant d'Andy... Ce livre est poignant car il ne cherche pas à juger : on est en colère face à ce père qui se laisse aller mais on est aussitôt rattrapé par les expériences terribles vécues par ce dernier.

Heureusement Hayley va pouvoir compter sur Gracie, une jeune fille pleine d'empathie et Finn -un des protagonistes masculins les plus drôles et uniques de la littérature YA- un jeune homme excentrique et extrêmement intelligent. A trois ils vont vivre une dernière année de lycée, décider de leurs avenirs, affronter leurs propres démons familiaux : divorce, toxicomanie, traumatisme... J'ai tout particulièrement adoré Finn car il est vraiment tendre, fou et vraiment présent pour Hayley. Dans la lignée de Je t'ai rêvé, Tous nos jours parfaits, L'année solitaire : Ma mémoire est un couteau représente un grand classique et une merveilleuse pépite du genre.

En définitive, un très gros coup de cœur pour ce roman qui est un condensé d'émotions et qui traite d'une thématique extrêmement importante aux États-Unis : le suivi d'après-guerre des vétérans et les traumatismes qui perdurent... Hayley réussira t elle à se souvenir, à avancer, à voir au-delà du jour présent pour s'autoriser à espérer un lendemain meilleur ? A vous de le découvrir...


Le Ranch des trois collines - Leila Meacham

Lu en : V.F.
Traduction : Élisabeth Luc
Résumé :  Printemps 1900. Séparés à leur naissance, des jumeaux, Nathan et Samantha, fêtent leur vingtième anniversaire dans des comtés éloignés de l'État du Texas, sans se connaître ni soupçonner l'existence de l'autre…À la ferme de Barrows, Nathan reçoit une visite inattendue qui va bouleverser son existence. Trevor Waverling, un titan des premières heures du forage pétrolier, vient lui proposer un pacte des plus étranges… À Fort Worth, à trois jours de chevauchée au sud, Samantha décide que son destin se trouve sur les terres de Las Tres Lomas, le Ranch des trois collines, l'un des plus grands du Texas. La jeune fille entend aider son père adoptif à réaliser son rêve : devenir un titan de l'élevage texan. Mais malgré les secrets bien gardés, les routes de Nathan et Samantha sont appelées à se croiser… La vie réunira-t-elle les jumeaux séparés ?





Je remercie les éditions Charleston pour cette lecture !


Chronique : Les éditions Charleston sont les reines des romans historiques passionnants, des sagas dans la lignée d'Autant en emporte le vent : un régal !

Bienvenue au début du XXème siècle au Texas, le lecteur va être amené à suivre l'existence de deux jumeaux séparés à la naissance et qui ne connaissent rien de l'autre. J'avais adoré La Plantation de Leila Meacham et j'étais donc impatiente de lire son tout nouveau roman qui se révèle aussi agréable à lire que le précédent. On est directement happé dans cette atmosphère inhérente à cette période et à cet Etat américain. Ce cadre spatio-temporel est vraiment le cœur de l'œuvre de cette auteure.

Il s'agit donc d'une saga familiale où se mêle le tourment des sentiments, des révélations, des rencontres inattendues : sans renouveler le genre on savoure cette lecture. On se demande ainsi  quel sera le choix de Nathan et Samantha et si ces derniers vont un jour voir leurs routes se croiser et si oui, est-ce qu'ils découvriront leur véritable lien ? L'auteure décide d'alterner les points de vue pour permettre au lecteur de découvrir au fur et à mesure les péripéties et caractères des deux protagonistes principaux. J'ai adoré les deux même si j'ai une légère référence pour Samantha.

Avec les romans de Leila Meacham n'ayez pas peur d'une fin tragique ou en suspens, ce sont des livres très plaisants à lire et qui permettent de donner espoir, envie d'avancer et de sourire. Les problèmes et secrets s'accumuleront sur la route de Nathan et Samantha mais ils sauront braver le destin du fait de leur courage et opiniâtreté. 

En définitive, une saga familiale passionnante à lire !


vendredi 17 février 2017

Little America - Henry Bromell

Lu en : V.F.
Traduction : Janique Jouin-de Laurens
Résumé : Mack Hopper, agent de la CIA, arrive au Korach en 1957 avec sa femme et leur fils Terry. Sa mission est de tisser des liens  avec le jeune roi de ce pays sans ressources, mais déterminant pour l’influence américaine au Moyen-Orient. Il se rapproche peu à peu du souverain plein de charme jusqu’à ce que ce dernier soit mystérieusement assassiné. Quarante ans plus tard, Terry, devenu historien, entreprend des recherches sur ce qui s’est passé au Korach. Petit à petit, il explore souvenirs et archives de cette petite Amérique du bout du monde pour trouver la clé du mystère qui entoure la  mort du roi et, surtout, découvrir quel fut le rôle de son père dans cette affaire.

Je remercie les éditions Gallmeister pour cette lecture !





Chronique : Créateur d'Homeland, Henry Bromell est un expert en matière des intrigues ficelées autour de la politique étrangère américaine : un roman à lire pour tous les passionnés du genre !

Little America est un roman passionnant, intelligent et percutant. A priori ce n'est pas mon genre de prédilection en matière de littérature américaine mais je me suis plongée dans cette lecture et j'en suis ressortie vraiment fascinée : l'auteur réussit à mélanger un récit émouvant et une intrigue politique captivante tout en y apportant une flopée d'informations. C'est ce dernier point que j'ai particulièrement apprécié dans ce livre : le fait d'apprendre, d'appréhender une politique nébuleuse et remplie de secrets.

En contant une histoire qui se rapproche de la réalité, le lecteur a presque l'impression de lire une autobiographie cachée où l'auteur apporte sa connaissance, son ressenti et ses idées propres à ce sujet extrêmement sensible propre à l'influence américaine au Moyen-Orient. J'ai aussi apprécié le fait d'avoir deux points temporels différents afin de voir ce qui a été et ce que cela a donné ultérieurement : de voir les actions et réactions des missions politiques du père de Terry...

C'est assez hallucinant de voir tout ce que l'on ignore, tous les tenants et aboutissants des jeux de pouvoirs entre les pays, des causes réelles de guerre, des véritables détenteurs du savoir : ceux qui tiennent les ficelles. Bien entendu il est évident que le citoyen lambda n'est au courant de presque rien, mais c'est encore plus frappant après la lecture de ce livre qui est pourtant une œuvre de fiction...

En définitive, un roman extrêmement bien maîtrisé, très intéressant et fascinant !