lundi 14 mars 2016

De Force - Karine Giebel

Chronique de : Scarlett
Résumé : Elle ne m'aimait pas. Pourtant, je suis là aujourd'hui. Debout face au cercueil premier prix sur lequel j'ai posé une couronne de fleurs commandée sur internet. Car moi, j'ai voulu l'aimer. De toutes mes forces. De force. Mais on n'aime pas ainsi. Que m'a-t-elle donné ? Un prénom, un toit et deux repas par jour.
Je ne garderai rien, c'est décidé. A part le livret de famille qui me rappelle que j'ai vu le jour un 15 mai. De mère indigne. Et de père inconnu. Lorsque j'arrive devant la porte de mon ancienne chambre, ma main hésite à tourner la poignée. Je respire longuement avant d'entrer. En allumant la lumière, je reste bouche bée. Pièce vide, tout a disparu. Il ne reste qu'un tabouret au centre de la pièce. J'essuie mes larmes, je m'approche. Sur le tabouret, une enveloppe. Sur l'enveloppe, mon prénom écrit en lettres capitales. Deux feuilles. Ecrites il y a trois mois. Son testament, ses dernières volontés. Je voulais savoir. Maintenant, je sais. Et ma douleur n'a plus aucune limite.

Merci aux éditions Belfond pour cette lecture !

Chronique :

« le temps de l’impunité est révolu.
   Le temps des souffrances est venu. »

Dans ce roman de Karine Giebel on croise les personnages suivants :
Armand Régnier, l’éminent professeur directeur de clinique, hautain et fier de sa réussite sociale et dont la seule vraie passion est sa fille Maud.
Maud justement, jeune fille de vingt ans ayant eu une fin d’adolescence perturbée (drogue, sexe..) un peu désœuvrée, très seule, marquée par la mort de sa mère dont elle se sent coupable.
Luc, le garde du corps, sensé protéger Maud du fou qui pourchasse son père. Jeune homme à l’aspect dynamique et qui plait énormément à sa protégée.
Et puis les autres : Charlotte la belle-mère superbe femme qui s’occupe futilement pour oublier ses drames intimes, Amanda la gouvernante et puis le jardinier.

Tous ces protagonistes sont comme des pions sur l’échiquier du scénario que nous a concocté l’auteur. Ces personnages se mettent en place petit à petit, chacun avec ses secrets, ses doutes, ses ressentiments et le décor est installé pour que nous les lecteurs nous puissions nous régaler.

L’ambiance devient lourde avec des sentiments entre les personnages qui vont de l’attirance à la plus grande répulsion. C’est presque un huis-clos malsain qui se joue dans la luxueuse villa sur les hauteurs de Grasse. Les haines, les reproches dégoulinent et affluent dans une atmosphère viciée ou l’angoisse monte crescendo devant la menace extérieure que représente cet inconnu qui s’en prend à toute la famille. Que reproche t-il vraiment au professeur ?
Karine Giebel a une écriture efficace et nerveuse, les chapitres sont courts et cela nous tient en haleine jusqu’au dénouement final.

Bon voilà pour le scénario, ce fut pour moi une lecture plaisante mais un bémol : l’intrigue et les personnages m’ont semblé un peu simplistes, le trait un peu gros, j’aurais aimé plus de subtilité, aller plus loin dans leur analyse psychologique celle de Luc par exemple, rien n’est jamais tout blanc ou tout noir. Il y a  manqué un « je ne sais quoi » pour rendre le livre palpitant. Je sais que Karine Giebel le fait avec brio, j’ai lu « meurtres pour rédemption » entre autres. Celui-ci est bien mais pas son meilleur thriller, à mon humble avis of course.

« Pour construire quelque chose, il faut des fondations solides. Des racines saines. »



21 commentaires:

  1. Je le cherchais justement ce weekend pour maman ! J'espère qu'il lui plaira !

    RépondreSupprimer
  2. C'est le deuxième livre de l'auteur que je vais lire. J'ai déjà lu Satan était un ange que j'avais moyennement aimé alors j'espère plus apprécier celui-ci. A suivre...

    RépondreSupprimer
  3. Oups... je dois le lire et ton avis et moins emballé que celui des autres.

    À voir de par moi-même !

    RépondreSupprimer
  4. Je n'ai jamais lu de livres de cet auteur mais ça me tente énormément

    RépondreSupprimer
  5. J'ai été déçue par Satan était un ange que j'ai carrément abandonné. Je préfère lire ses premiers romans d'abord :-)

    RépondreSupprimer
  6. Il semble qu'cette auteure soit appréciée par les amateurs de thrillers. Mais il ne faut peut-être pas commencer par celui-là...

    RépondreSupprimer
  7. le trait un peu gros... oui, j'ai ressenti la même chose à la lecture des Morsures de l'ombre. J'ai largement préféré Juste une ombre...

    RépondreSupprimer
  8. Tu résumes très bien mon ressenti.

    RépondreSupprimer
  9. Pas mon préféré, mais j'ai été emporté malgré tout ! Une lecture très sympa :)

    RépondreSupprimer
  10. J'avais lu "Les Morsures de l'ombre" de cette auteure et j'avais beaucoup aimé !

    RépondreSupprimer
  11. J'ai lu quelques avis déçus. Moi qui me faisais une joie de le lire.

    RépondreSupprimer
  12. Ton avis tempère un peu mon enthousiaste mais je le lirais c'est sûr. Le résumé me plait beaucoup et je veux me faire ma petite idée.

    RépondreSupprimer
  13. Un Karine Giebel que je ne connaissais pas, mais qui ne m'attire pas plus que ça, je n'aime pas quand les personnages ne sont pas assez approfondis. :/

    RépondreSupprimer
  14. Je suis à 2 doigts de l'acheter ta chronique et le résumé me tente bien

    RépondreSupprimer
  15. je ne connais pas encore) cette auteure. As-tu lu d'autres livres de Karine Giebel?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'en a jamais lu je te conseille Meurtre pour rédemption, Juste une ombre ou Les morsures de l'ombre qui sont vraiment très très bons. Je n'ai pas du tout aimé De force, même si la lecture en reste plaisante c'est tout de même du déjà vu.

      Supprimer
    2. Je conseille aussi fortement Meurtres pour rédemption qui est son meilleur :)

      Supprimer
  16. Je ne connais pas cet auteur et j'allais te demander lequel me conseiller.. mais je viens de lire ta réponse à un commentaire et j'ai ma réponse mdr

    RépondreSupprimer
  17. J'ai vraiment envie de découvrir cette auteure au vu des bon avis que je vois sur la blogo mais du coup je ne me tournerai peut-être pas vers celui-ci.

    RépondreSupprimer
  18. je suis d'accord avec toi, c'est loin d'être son meilleur :(

    RépondreSupprimer