vendredi 8 septembre 2017

Eclairs lointains - Heinrich Gerlach



















ÉCLAIRS LOINTAINS, Percée à Stalingrad,
de Heinrich GERLACH
traduit par Corinna GEPNER
éditions ANNE CARRIERE

Écrit pendant sa détention par un officier allemand prisonnier des Soviétiques, Éclairs lointains retrace l’enfer du « chaudron » de Stalingrad vu à hauteur d’homme – à la hauteur de tous ces soldats, officiers et sous-officiers d’emblée voués à l’anéantissement. Car l’ennemi, ce ne sont pas seulement les terribles orgues de Staline, mais aussi le froid, la faim, la décrépitude physique, la démoralisation, la perte de tout sentiment humain. Gerlach réussit ce tour de force d’être à la fois dans l’histoire immédiate, celle de la politique nazie et de ses conséquences désastreuses, et dans l’histoire de l’humanité : son objectif est bel et bien de dire que les hommes ne sont pas là pour s’entre-tuer. Et il le fait avec un talent de romancier tout à fait exceptionnel. De son expérience de première main et des récits de ses compagnons de captivité, il tire une « fiction » âpre, bouleversante de crudité, de rudesse et de tendresse mêlées, étonnamment sensible aux beautés d’une nature exposée aux ravages des armes. Éclairs lointains est un roman miraculé. Il a été confisqué par les services secrets soviétiques en 1949. Mais, incapable de renoncer à le publier, l’auteur, une fois libéré, fait appel à un médecin pratiquant l’hypnose pour « retrouver » son texte. Il lui faudra plusieurs années pour le réécrire. Une version « abrégée » paraîtra en 1957. Cependant, l’histoire n’a pas dit son dernier mot : au début des années 1990, l’universitaire allemand Carsten Gansel retrouve le manuscrit original dans les archives russes. L’oeuvre de Gerlach aura survécu aux aléas de l’Histoire et s’impose désormais comme un témoignage incontournable, écrit dans l’urgence alors que la guerre fait encore rage, et comme un roman hors du commun qui est bien entendu devenu un best-seller en Allemagne.

(Source Éditions Anne Carrière)

Heinrich GERLACH

L’auteur a été au cours de la seconde guerre mondiale un officier de l’armée allemande d’invasion sur le front de l’Est.
Après la guerre, libéré, il est l’auteur d’un livre sur ses expériences à Stalingrad.

Grybouille,

Si vous cherchez un livre sur les combats de la deuxième guerre mondiale, un conseil, passez votre chemin…
Ici l’auteur qui s’est appuyé sur son vécu nous raconte, nous conte ce que les soldats allemands ont vécu pendant la campagne de Russie devant Stalingrad. Le récit est teinté état-major de Division.

Cela n’empêche pas que ce fût un Gros choc pour le p’tit Duc, car même si l’on pense que « Qui sème le vent, récolte la tempête », il faut avouer que la leçon pour la glorieuse armée d’invasion du IIIème Reich a été à la hauteur du mal qu’elle a fait pendant les premiers mois de l’opération Barbarossa commencée en juin 1941.
Des chiffres ? Plus de 15 millions de civils russes morts du fait des troupes allemandes…
Alors, les 80 % des pertes humaines de l’armée allemande qui ont eu lieu sur le front de l’Est (plus de 6 millions de disparus, tués ou mutilés), un juste retour des choses dans cette époque effroyable ?

L’histoire,

L’action se passe autour de Stalingrad, l’hiver 1942-43, la VIème armée commandée par le Général Von Paulus, l’encerclement, 300 000 militaires allemands, roumains, italiens, hongrois et croates pris au piège, le froid, la faim, les gelures, les blessures, la maladie, le ravitaillement qui n’arrive pas, les officiers supérieurs qui prennent les derniers avions pour se sauver abandonnant leurs hommes, la perte d’humanité, la vermine, l’horreur, les soins que les médecins ne peuvent plus prodiguer, la folie, le suicide pour certains, le pelotons d’exécution pour d’autres...

L’origine de cette situation ? Une obéissance aveugle dans le chef que le peuple allemand s’est choisi, son Führer, Hitler.

Les personnages,

Le pasteur Peters, la transcendance, « Qu’est-ce que l’homme ? »
Le S/Lt Wiesse, « On ne se moque pas de Dieu »
Le Lt Brueur, « Oui, nous sommes tous coupables »
Lakosch, Harras, Unold, Herbert, Steigman, Eicher, Welfe, Kallweit, Senta le chien, les chevaux…

Petites phrases lourdes de sens,

« Vous avez raison Dieu est tombé devant Stalingrad… »

« On ne sortira plus d’ici. Le jour où nous serons libérés…nous ne serons plus les mêmes…ce que avons en nous de meilleur. La guerre l’a tué, elle l’a enseveli sous les champs de neige de Stalingrad. »

« …notre peuple allemand, le peuple des poètes et des penseurs…on fera de nous des barbares…une bande de fauves criminels, des parasites, des prédateurs. »

« Hitler, l’idole, la réalité, une succession ininterrompue de tromperies sournoises et de violence s inouïes. »


Difficile de dire « J’ai aimé ».

En prenant de la maturité comment peut-on aimer ces actes de pure folie qui font qu’un être humain puisse vouloir en tuer un autre pour des raisons idéologique, territoriale, religieuse…

Mais ce roman, puisqu’il est présenté ainsi, est très bien écrit et ce témoignage doit être connu du plus grand nombre pour comprendre l’alpha et l’oméga du mécanisme qui crée ces situations de carnage.
Et pourquoi pas dissuader ceux, encore trop nombreux, qui pensent que la guerre est bonne et belle ?

Il en reste pas moins que ce livre est très bien écrit, qu’il se lit facilement et qu’il apporte beaucoup sur le chemin de la réflexion personnelle. Alors si ces écrits servent au bien alors oui, j’ai aimé.

@ bientôt amis (ies) lecteurs (trices)



4 commentaires:

  1. Voilà un livre qui rejoindra ma bibliothèque une fois terminé le nouveau Slocombe :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. HouHOU, Kevin nous te souhaitons bon voyage dans les années 1942... @ Bientôt, Grybouille

      Supprimer
  2. Et bien, je suis intéressée par le roman et je le note ! Et apparemment, je sais de nouveau commenter chez Léa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Houhou, Irene, prépare toi à un monde dure et glacial. Et lorsque l'on pense que ces soldats étaient les moins exposés...Mais aussi que venaient-ils faire si loin et pour un patron si allumé... @Bientôt, Grybouille

      Supprimer