samedi 10 mars 2018

Jours brûlants à Key West - Brigitte Kernel

Chronique de SCARLETT
Résumé : Avril 1955, Françoise Sagan, dix-neuf ans, est en tournée promotionnelle aux États-Unis à l’occasion de la sortie américaine de Bonjour tristesse. Fatiguée par le rythme intense des interviews, des séances photo et des dîners mondains, elle ne veut plus quitter sa chambre d’hôtel. Tennessee Williams, qui est en train de corriger La Chatte sur un toit brûlant, l’invite alors à le rejoindre à Key West où il demeure. Il n’est pas seul ; Frank Merlo, son amant, vit aussi dans cette maison du 1431 Duncan Street et Carson McCullers, l’auteur du roman culte Le Cœur est un chasseur solitaire, dont l’état de santé est inquiétant, vient de s’y installer pour un temps indéterminé.








Chronique :



« C’est beau  les écrivains en plein travail. Il y a quelque chose du labeur, de la douleur dans leur acharnement, mais il y a aussi de la magie de la volupté »

Je ne connaissais pas Brigitte Kernel  avant d’avoir lu « Jours brulants à  Key West » et grâce à Léa j’ai pu découvrir un très beau roman et une écrivaine sensible et dont les mots, l’univers me parlent.

Ce roman déroule sa trame entre 1955 et 1963. Le printemps 1955 à Key West sous une chaleur torride et étouffante .C’est un petit moment entre deux, le commencement pour certains telle Françoise Sagan dans sa flamboyante jeunesse, la fin de quelque chose pour d’autres comme cet amour qui s’étiole entre Tennessee Williams et Frank Merlo.  1955 , ce sera pour eux le soleil  , la mer, le farniente , les barbecues et balades en voiture et des attirances , des attractions qui se croisent , se frôlent dans une suffocante canicule avec des regards qui s’échangent des mots qui s’égarent entre quatre personnages d’une sensibilité artistique à son apogée.

1963 , Frank Merlo , ancien secrétaire mais surtout amant de Tennessee Williams décide de confier ses quinze jours passés à Key West, d’où les échanges épistolaires qui ponctuent ce livre entre l’éditeur et celle qui retranscrit si sensiblement les pensées de Merlo sur cet instant, ce moment de vie.

On fait des rencontres délicieuses dans ce roman. Tout d’abord Frank Merlo , le compagnon de « Tenn ». Acteur non reconnu d’origine sicilienne dont tout le monde s’accorde à dire qu’il est charmant. C’est une période où sa relation avec l’écrivain dépérit. Il est à la fois le confident et le soutien de Tennessee Williams et de l’écrivaine Carson McCullers qu’il affectionne particulièrement.
Il est bien sur question de  Tennessee Williams , l’homme que l’on découvre dans les propos de F.Merlo attentionné et plein de compassion surtout envers son amie Carson avec qui il partage des angoisses existentielles terribles. Celui-ci en 1955 travaille sur son œuvre à venir « la chatte sur un toit brulant », c’est un artiste qui reste très marqué par la schizophrénie de sa sœur. Bien sûr, on côtoie aussi Carson McCullers , grande auteure américaine qui  , victime d’une attaque cérébrale se trouve à presque 40 ans très diminuée physiquement. C’est une fidèle de T.Williams qui jalouse de cette affection peut se révéler charmeuse mais aussi rageuse et paradoxale.

Et enfin on croise Françoise Sagan, spectatrice autant qu’actrice des divers échanges entre les protagonistes. C’est à l’époque une jeune femme  de 19 ans , rayonnante de spontanéité , d’indiscipline joyeuse , curieuse de tout. Parfois distraite, elle est amoureuse de la vitesse et du soleil de Floride.

C’est un livre qui parle de souvenirs, d’écrivains aussi, d’écrivains légendaires, de sentiments qui s’éveillent dans une ambiance solaire et une chaleur incandescente. C’est un livre qui parle d’un homme qui nous raconte ses souvenirs à la tombée de sa vie et que l’on apprend à aimer. 

Frank Merlo m’a ému, merci Madame Kernel pour cette très belle rencontre et ce très beau roman. C’est un roman qui m’a permis de me retrouver moi aussi à Key West pour quelques moments de pur bonheur avec des personnages que je n’osais rencontrer un jour.

-Vous connaissez ces vers de Salvatore Quasimodo , Madame ?...
« Chaque être est seul au cœur de la terre transpercé par un rayon de soleil : et c’est tout de suite le soir »



4 commentaires:

  1. Le sujet me tente beaucoup mais j'ai été déçu par son livre sur Agatha Christie donc j'hésite...

    RépondreSupprimer
  2. MErci de cette découverte. Je découvre souvent des petites pépites sur ton blog même si celui ci n'est pas pour moi je pense.

    RépondreSupprimer
  3. Malgré ta chronique, ce n'est pas vraiment un livre qui me tente.

    RépondreSupprimer